Il était une fois un petit JDR, JDR Numéro 11 : Pestiférés de Bigyo’

La Peste Noire a dévasté l’Europe, tout le monde est touché : paysans, prêtres et monarques.

L’apocalypse est arrivée selon l’Eglise. Au milieu des cadavres, les sectes participent à la colère Divine et incendient bourgs, villages, forêts et cultures. Les Hommes sont devenus fous mais il reste un mince espoir : atteindre les Royaumes du Vinland par delà l’Atlantique. Vous n’avez plus rien mais vous êtes en vie. Vous n’êtes plus personne mais un réfugié.

Le MJ décrira un monde malveillant envers les PJ.

D’abord il leur fera vivre l’enfer sur un tombeau flottant, bondé, où tout manque et où la mort rôde. Puis c’est l’arrivée dans un Royaume situé au Canada. Il date des premières colonies vikings. Il est totalement hostile aux réfugiés notamment par crainte qu’ils soient porteurs de la peste.

Enfin, les PJ devront reprendre leur vie en main dans un monde inhospitalier, incarné par le MJ, mélange d’influences scandinaves et nord-américaines du quatorzième siècle.

Décrivez les PJ en détails : nom, principes, rang dans la société du vieux monde. Les PJ sont définis par 2 valeurs : santé et humanité. 5 points dans chaque au début.

Règle d’or : l’important n’est pas de savoir ce que vous savez faire, mais ce que vous êtes prêts à faire pour survivre, en sacrifiant un peu de santé ou un peu d’humanité. Éventuellement, chaque soin ou bonne action permet de récupérer un point dépensé.

Commentaires :

Sébastien :

Ça c’est un jeu qui me botte. C’est un monde qui sort du lot. Un jeu sur la survie et ces conséquences sur son humanité dans un monde où il n’y a pas de zombies, je dit oui ! Mon premier coups de cœur.

Sephista :

Excellent système de jeu sur la survie et l’humanité. Le pitch est très bien écrit et immersif. Cependant il ne m’inspire pas de scénario, mais c’est purement subjectif je pense. Je tiens du coup à saluer le moteur qui tourne autour de l’humain, du sacrifice et la dure loi de la survie. Très bon choix de thématiques avec l’uchronie.

 

Tiramisù :

Les migrants, traité à la This War of Mine. Je trouve ce jeu très bien fait et équilibré. Les indications tant pour les joueurs (reprendre leur vie en main) et pour le meneur (monde malveillant) sont claires. Le système d’attrition est clair également. Vous pouvez tout obtenir, au prix de votre santé et de votre humanité. Enfin, il y a un mécanisme de pay forward qui valorise les actions positives. J’aurais aimé que ce ne soit pas « éventuellement » mais plus tard, que le bénéfice soit différé.

Claire :

Il y a de la matière pour jouer, j’aime l’idée que les sacrifices fassent avancer le jeu.

Dragon :

Respect du thème, ambiance géniale, système totalement en accord avec son sujet. Une vraie bonne réussite qui ne demande qu’à s’étoffer !

Une réflexion au sujet de « Il était une fois un petit JDR, JDR Numéro 11 : Pestiférés de Bigyo’ »

  1. Je trouve ce jeu à la fois fascinant et terriblement trop succinct. En tant que MJ, il me manque trop d’information pour pouvoir y jouer. Qu’est ce que l’auteur entends par monde malveillant, les hommes du Vinland sont sans doute malveillant envers les PJ, mais le monde l’est-il pour autant ?
    Pour le système, soit on met en avant santé et humanité mais au delà ? Comment résout t-on une action ? Qu’est ce qu’un point fait gagner comme bonus ? Je comprends bien que 250 mots c’est court mais pour moi, là il n’y a pas vraiment de système proposé.

Laisser un commentaire