Il était une fois un petit JDR, JDR Numéro 21 : La fin des chats

***Histoire***

Au début des années 1980, le VIH n’a jamais infecté les hommes. Le virus a muté et s’est propagé chez les chats. Ceux-ci furent progressivement décimés.

En 2018, il ne reste que très peu de chats. C’est une espèce protégée. Les propriétaires de chats domestiques sont soumis à une lourde réglementation.

En même temps, les chats s’échangent à prix d’or au marché noir.

Les PJs incarnent un groupe de chats dont Marcus, le propriétaire, est criblé par les dettes. A contrecœur, il décide de revendre ses chats à un trafiquant véreux. Les PJs doivent s’enfuir, et trouver un moyen de se débarrasser de la puce GPS contenue dans leur collier.

***Règles***

Chaque PJ démarre avec 21 cartes numérotées de 1 à 21. A chaque test, le MJ choisit une difficulté mais la cache au PJ testé. Le PJ essaie de deviner la difficulté, puis joue une ou plusieurs cartes de sa main. Si la somme des chiffres dépasse la difficulté, c’est une réussite. Sinon, c’est un échec.

Les cartes jouées partent dans la défausse. Les PJs récupèrent entre 4 et 12 cartes (choisies aléatoirement) lorsqu’ils se reposent. Le nombre varie selon les conditions de sommeil : 4 pour une courte sieste dehors sous la pluie, 12 pour une longue nuit sur un coussin confortable près d’un radiateur.

Si un PJ est à court de cartes, il est épuisé et rate tous ses tests.

***

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution CC-BY 3.0

***

Commentaires :

Sébastien :

Je trouve dommage que le maître de jeu ne soit pas loger à la même enseigne que les joueurs. Il aurait alors des difficultés à opposer de 1 à 21 et le joueur pourrait jouer sur la logique. “Le 21 et le 20 sont déjà passés, il me reste un 19 j’ai la possibilité d’avoir une action qui réussit à tous les coups.”

Sephista :

Le pitch est intéressant. L’objectif est clair et net, on sait ce qu’on joue, ce qu’on doit faire, et le scénario découle tout seul du pitch : efficace !

Le système m’a l’air pas mal mais.. ce qui me gêne c’est que le Mj puisse décider au dernier moment de changer la difficulté qu’il avait noté à son avantage. Peut être aurait-il fallu rajouter un point, comme : le Mj met sur un bout de papier la difficulté. Il le pose face caché sur la table. Le Pj mise, on retourne le papier et on a le résultat. Comme ça pas de triche.

 

Tiramisù :

Un jeu qui brille par sa simplicité ! Les enjeux sont clairs, le système à la fois original et concis. C’est un survivaliste félin réussi !

Dragon :

Le thème du concours est présent, le système valable et l’univers facile à visualiser et à prendre en mains.

Bonne proposition. La difficulté gagnerait peut être à être plus « prévisible » et les paquets de tarots ne sont pas présent dans toutes les étagères.

Claire :

Un jeu simple, avec un univers clair. Je trouve dommage que le mj ai facilement l’avantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *