Petite remise au point

L’avantage des échecs, c’est de s’en servir pour faire le point.

Le financement participatif d’Archipélia est un échec, et il faut que j’en tire une leçon ou plusieurs à la réflexion.

La première, je sais maintenant comment se passe un CF vu de l’intérieur. C’est une tornade, un rouleau compresseur. Il faut être en permanence à l’affût, l’alimenter en permanence. Ce que je n’ai pas sur faire. Ou du moins pas autant que ce que j’aurais voulu.

La deuxième c’est que sans communauté, sans reconnaissance d’un public pour le jeu, le travail de séduction est plus complexe. Je sais que j’ai attiré cette fois quelques gens et maintenant il faut que je maintienne ceux-ci informé des suites mais aussi que j’intéresse d’autres gens.

Il faut que je travaille sur un kit, et il va me falloir des sous pour éditer celui-ci. Il permettra comme pour insectopia de faire connaître le jeu et de le voir grandir. Mon soucis c’est les cartes de jeu, comment faire un kit sans cartes ? la question se pose. Dois-je faire des pages à découper soi-même ? Dois-je préparer des jeux plastifiés et les vendre avec ?

Un dimanche en altitude ne m’aura pas permis de trancher ces questions. Juste de les affiner.

Je vous tiens informer de la suite.

Laisser un commentaire