Archipélia – Parlons des peuples

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui je vais vous parler des peuples jouables sur Téthys, la planète d’Archipélia.

Vous aviez vu au cours de la dernière campagne, les caymens, les orcads et les humains. C’est aussi en général, ceux que je propose de jouer en convention.

Les caymens sont des « homme-crocodiles », grands de soixante centimètres en moyenne, ils dorment peu. Ceux sont des bricoleurs de génie. Faisant marcher des choses incroyables. Ils ont un don pour ça. Il semble que les machines leur « parlent » et qu’ils savent leur répondre en utilisant ce langage.

Les orcads sont des « humain-épaulards » traditionnellement noir et blanc même s’il en existe des entièrement blancs. A l’opposé des caymens c’est le plus grand des peuples. Il dépassent très souvent les deux mètres et demi. Ils vivent dans un monde trop petit et fragile pour eux et ceux qui ont appris à vivre parmi les humains, sont doux et posés et rares sont ceux qui souhaitent les voir en colère.

Les encrés sont semblables aux humains et ceux jusqu’à leur puberté. C’est en général à ce moment là qu’ils subissent leur premier tatouage. Celui-ci est du à une forte émotion, et l’adolescence est souvent peuplée de ce genre de sentiments. La légende veux que les encrés ne vieillissent pas, ils ont au fur et à mesure du temps de plus en plus de tatouages et meurent quand leur corps en est recouvert. Mais bien entendu, ce sont des ragots… n’est-ce pas ?

Enfin je terminerai aujourd’hui sur les Axols. Demain j’en présenterai quatre autres, il y en a huit.

Les Axols sont un peuple cavernicole dans la première phase de leur vie. Ils ressemblent aux bébés salamandres, les axolots. Leurs corps changent et se couvrent d’écailles à la puberté et partent alors de leurs cavernes pour découvrir le monde. Ils gardent de leur ancienne vie des branchies qui sèchent et forment une sorte de chevelure. Ils semblent ne pas craindre la peur ou du moins ce sentiment ne les affecte pas. Cela en fait des explorateurs hors pairs mais parfois inconscients.

Une réflexion au sujet de « Archipélia – Parlons des peuples »

Laisser un commentaire